Historique

CDoex_historique
Photo @Damien Murer

Connaissez-vous Catherine d’Oex?

Bourgeoise, frisant la cinquantaine, décalée et quelque peu déglinguée, Catherine d’Oex jette un regard naïf et critique sur le fonctionnement de ce monde.

Il faut dire qu’elle a de l’entregent et de l’expérience! Habituées des cours royales européennes, elle ne compte plus ses romances avec diverses personnalités. A ses heures creuses, elle fait de la post-synchronisation de films roses.

Les minorities et le sort qui leur est réservé demeurent un point sensible chez elle. Elle n’a pas peur de s’investir pour défendre les causes égalitaires (femmes, homos…) qui provoquent de l’exclusion.. Une vraie indignée, debout. On a pour habitude de l’appeler la “Madone du latex” ou encore la “Passionaria des princes consorts”.

Avec humour et glamour, elle clame facilement “Soyez libres d’être des êtres libres” ou encore “Ne soyez pas sages, soyez prudents”…

Bien qu’elle tente de ressembler à Catherine Deneuve, c’est bel et bien l’esprit de Jacqueline Maillan qui l’habite.

Dès 2004, Catherine d’Oex se produit sous forme de “One queer show” burlesque. Ce concept a été créé dans différents lieux, théâtres et cabarets (Oxymore, Couronne d’Or), et dans certaines manifestations tells que la Gay Pride.

Elle est régulièrement maîtresse de cérémonie de catch impro. Elle est entourée de musiciens et de personnages incarnés par des comédiens tells que : Christophe Bugnon, Perrette Gonet, etc) et collabore, depuis peu avec le jazzman Gallavin.

Aujourd’hui, le concept est clairement défini : il s’agit de spectacle de genre “one queer show” burlesque avec chansons.

Burlesque signifie “décalé”. Le personnage lui-même l’est : une apparence de femme dans un corps d’homme. Le décalage existe également dans la construction des spectacles : le fond peut mener à la réflexion, au débat, mais la forme est imprégnée de légéreté, d’humour. Le verbe est souvent caustique et les chansons choisies sont parfois profondes.

Catherine d’Oex a parfois la naiveté du “bouffon” qui fait d’elle une accoucheuse d’émotions.